Mot-clé - presse

Fil des billets

09/10/2018

UNSA-Postes - Grève au centre de la Croizetière

Près d’une vingtaine de membres du personnel du centre de courrier de Riantec sont en grève depuis ce lundi.

Nombre de personnels du centre postal de la Croizetière, en Riantec, sont en grève illimitée depuis ce lundi matin. Les postiers rejettent la réorganisation du service, qui a vu la suppression de trois tournées. Une réorganisation va petit à petit se mettre en place sur tous les centres de la Poste. Dans le pays de Lorient, c’est celui de Riantec, qui regroupe les communes de Riantec, Locmiquélic, Port-Louis, Plouhinec, Gâvres, Belz, Etel, Erdeven, Locoal-Mendon, qui a étrenné ce nouveau fonctionnement. Lorient devrait suivre d’ici la fin du mois, puis Hennebont, et en avril, Quéven. À chaque fois, des tournées seront supprimées.

24 tournées au lieu de 27

Pour Riantec, depuis le 25 septembre, le nombre de tournées a été ramené de 27 à 24. Après deux semaines d’activité pour intégrer ce nouveau fonctionnement, les postiers disent stop. « À l’usage, on voit que ce n’est pas possible. Avec la perte de ces tournées, réparties sur celles existantes, du courrier est distribué en retard, voire pas distribué du tout », indiquent les personnels, dont près d’une vingtaine ont cessé le travail depuis ce lundi. Bilan, plus de courrier distribué à Riantec, Locmiquélic, Port-Louis, Plouhinec et Gâvres. « On ne peut plus faire notre travail, être au service des clients comme aime à le dire La Poste. Pour nous, c’est un échec, une réelle souffrance de ne pas pouvoir distribuer tout le courrier en temps voulu ». Pour les grévistes, « la direction n’est pas en phase avec la réalité du terrain. La mise en place, pour compenser ce surcroît d’activité, de nouveaux moyens pour la distribution, avec l’équipement de quads électriques, etc…, n’optimise pas le service, bien au contraire. Cela ne fait en réalité que nous ralentir. Avec un vélo, vous circulez sur le trottoir et pouvez donc accéder facilement aux boîtes aux lettres ; ce n’est plus le cas avec ces nouveaux modes de locomotion, on est obligé de s’arrêter, voire de trouver une place de stationnement, de descendre, etc. »

source : © Le Télégramme

26/10/2017

Communiqué de Presse : Départ en retraite de Sylvie François, DRH du Groupe La Poste

L’UNSA-Postes souhaite une bonne retraite à Sylvie François DRH du groupe La Poste, et souhaite la bienvenue à Yves Desjacques DRH du groupe Casino.

Nous espérons vivement que le co-auteur du livre : “Le management bienveillant” appliquera ses propres préconisations à La Poste.

Pour accueillir dignement notre nouveau DRH, l’UNSA-Postes propose d’ailleurs au PDG du groupe La Poste de mettre en place un nouveau service.

Après “Veiller sur mes parents” -ce service payant permettant de s’assurer de la santé de nos “ainés”-, La Poste serait bien avisée de mettre en place le service : “Veiller sur mes agents”, un nouveau service, “gratuit” celui-là, permettant de s’assurer de la santé physique et mentale de ses “collaborateurs”…”

communiqué de presse 26 octobre 2017.pdf

20/10/2017

Article L'Humanité du 20 octobre 2017 - Les syndicats en marche contre le harcèlement sexuel

Cliquez pour agrandir :

31/07/2017

Suite au drame de Merten, l'UNSA-Postes s'exprime

L’UNSA-Postes dénonce des cadences infernales pour les facteurs.

Luc Girodin, Secrétaire Général de l’UNSA-Postes :

“L’accident était tout à fait évitable si les facteurs avaient moins la pression, si les cadences étaient moins importantes, notamment si on arrêtait de rajouter sans cesse du travail aux facteurs sous prétexte de la baisse du courrier”.

“C’est un peu les injonctions paradoxales à La Poste. On vous explique ce qu’il faut faire règlementairement et on ne vous donne pas les moyens de le faire. On va envoyer un tract aux facteurs pour leur dire : Attention! Si vous ne respectez pas le code de la route, l’employeur, lui, n’hésitera pas à vous sanctionner. C’est ce qui s’est toujours passé : l’employeur ferme les yeux et le jour où un drame se produit comme celui de Merten et bien là, par contre, la responsabilité, La Poste ne veut pas l’assumer.”

Pour écouter l’intégralité de l’interview, voici le lien :

interview France Bleu du 27 juillet 2017

Article paru dans l’Est Républicain

09/06/2017

« Chez nous, c’est les Temps modernes de Charlie Chaplin », commentait Isabelle Laforêt, secrétaire fédérale de l’UNSA-Postes

Article “Le Télégramme” du 8 juin 2017

« Chez nous, c’est les Temps modernes de Charlie Chaplin », commentait Isabelle Laforêt, secrétaire fédérale de l’Unsa Poste à l’issue de l’assemblée générale départementale, hier matin, à Quimper. « La Poste confond la modélisation du travail et le temps réel du travail. Tout est modélisé en centième de seconde, les outils d’organisation sont complètement déconnectés de la réalité », précisait-elle. L’évolution des métiers avec le numérique aux guichets, les fermetures de petits bureaux de poste et la diminution des horaires d’ouverture, les regroupements, le développement des facteurs guichetiers ont été au coeur de la réunion. « L’adaptation continue des organisations et la polyvalence à outrance nous effraient. Nous constatons une dégradation des conditions de travail, des dépassements horaires, des objectifs inatteignables, beaucoup de souffrance au travail, de burn out, notamment chez les femmes de plus de 50 ans », indiquait le syndicat réformiste qui n’a pas signé l’accord national de février dernier sur l’évolution des conditions de travail. « Le dialogue social est juridictionnalisé, on n’hésite plus à aller en contentieux », ajoutait Didier Le Gourrierec, responsable juridique de l’Unsa Poste. Alors que le syndicat s’était présenté sur des listes communes avec la CFE-CGC et la CFTC lors des dernières élections, il a annoncé faire cavalier seul pour les prochaines, en décembre 2018.

- page 1 de 2

Facebook

 

Chaîne Youtube