L’UNSA-Postes dénonce des cadences infernales pour les facteurs.

Luc Girodin, Secrétaire Général de l’UNSA-Postes :

“L’accident était tout à fait évitable si les facteurs avaient moins la pression, si les cadences étaient moins importantes, notamment si on arrêtait de rajouter sans cesse du travail aux facteurs sous prétexte de la baisse du courrier”.

“C’est un peu les injonctions paradoxales à La Poste. On vous explique ce qu’il faut faire règlementairement et on ne vous donne pas les moyens de le faire. On va envoyer un tract aux facteurs pour leur dire : Attention! Si vous ne respectez pas le code de la route, l’employeur, lui, n’hésitera pas à vous sanctionner. C’est ce qui s’est toujours passé : l’employeur ferme les yeux et le jour où un drame se produit comme celui de Merten et bien là, par contre, la responsabilité, La Poste ne veut pas l’assumer.”

Pour écouter l’intégralité de l’interview, voici le lien :

interview France Bleu du 27 juillet 2017

Article paru dans l’Est Républicain