« Tournées sacoches », orientation vers les services à la personne avec le programme « Veiller sur mes parents », La Poste évolue et tente de se diversifier, au risque de laisser certains employés sur le bord du chemin. Il en a été question, ce mardi, lors du congrès de l’Unsa Postes du Finistère. Ce mardi 4 juin, se tenait, comme il est de coutume tous les quatre ans, le Congrès du syndicat Unsa Postes du Finistère à Quimper. Comme il l’avait affirmé lors de son assemblée générale l’an dernier, sa priorité reste la lutte contre la souffrance au travail. « Ça devient de plus en plus compliqué. La Poste attache plus d’importance à la productivité et à l’aspect commercial. Le courrier est un peu délaissé car c’est une partie qui rapporte beaucoup moins », explique Nadine Laurent, secrétaire départementale. « La Poste considère que le courrier n’est pas l’avenir pour l’entreprise, elle fait une croix dessus sans scrupule », ajoute Jean-Charles Abiven, secrétaire départemental adjoint. Parallèlement, l’entreprise développe le service à la personne avec « Veiller sur mes parents » qui a pour objectif de faciliter le maintien à domicile des personnes âgées.

Les tournées sacoches « C’est un changement culturel difficile à intégrer pour les employés, d’autant plus que la communication n’est pas bonne », regrette Jean-Charles Abiven. Avant, les facteurs géraient les tournées eux-mêmes et distribuaient tout le courrier. « Aujourd’hui, on leur demande de respecter des horaires et de rentrer avec du courrier s’il le faut et ils vivent ça très mal. Par conséquent, nous rencontrons de plus en plus d’agents en difficultés physiques, psychologiques », affirme-t-il. « Avec la mise en place des nouvelles organisations en îlots, on délocalise des groupes de facteurs. Leur courrier est préparé en amont par d’autres personnes. Les facteurs commencent évidemment beaucoup plus tard et finissent beaucoup plus tard aussi », souligne Nadine Laurent faisant, pour l’occasion, référence au conflit social pont-l’abbiste relatif à ces « tournées sacoches ». « Je pense qu’ils ont tiré les leçons de ce qui s’est passé dans le Pays Bigouden et prendront un peu plus leur temps sur la réorganisation pour éviter de faire la même bêtise ailleurs », conclut-elle.

© Le Télégramme https://www.letelegramme.fr/finistere/quimper/la-poste-un-changement-difficile-a-integrer-pour-les-employes-04-06-2019-12302607.php#vFDyQC164sWSxGLW.99