Lundi 26 Juin

4ème jour du procès de Cour d’Assises de Toulouse

La fille, le mari, et Françoise elle-même, ont témoigné ce matin avec beaucoup de courage et de dignité.

Ils ont chacun expliqué avec leurs mots le calvaire qu’ils ont vécu, et le traumatisme post agression qu’ils vivent toujours aujourd’hui. La peur du noir, d’être seule, a duré des mois, voire des années pour Françoise. Elle et son mari sont toujours en arrêt de travail. “Je suis devenue une autre personne. C’est un vrai désastre”, dit-elle. “C’est un bouleversement, un chaos complet…” En 4 ans, ils ont eu 400 consultations chez le psychiatre ou le  psychologue.

La seule volonté de Françoise, pendant le braquage, c’était que tout se passe bien. Elle avait peur pour son mari et ses enfants.

Françoise a rétabli la vérité à la barre en indiquant qu’elle arrivait seule à La Poste le matin, contrairement à ce qu’avait déclaré, sous serment, sa directrice vendredi dernier.

Ce qui ressort aussi de son témoignage, c’est que les mesures de sécurité sont inefficaces et certaines procédures sont dangereuses pour les agents.

Il serait temps que La Poste en prenne conscience, qu’elle améliore la sécurité et qu’elle “répare” quand elle commet de graves négligences, comme c’est le cas dans ces deux affaires.

Reportage France 3 du 26/06/2017 - à 5’30