Envoyé Spécial... le PDG s'adresse aux journalistes

Communiqué de Presse : La suite d'"Envoyé Spécial" du 12 septembre



La suite d’ « Envoyé Spécial » du 12 septembre

Lettre des médecins au PDG de La Poste



L’UNSA-Postes s’est procurée la lettre cosignée par 23 médecins du travail de La Poste . La lettre commence ainsi : «  Nous, Médecins du travail du groupe la Poste, tenons dans ce courrier à vous alerter sur les risques psycho-sociaux concernant les encadrants, toutes branches confondues. » L’UNSA-Postes n’a eu de cesse au cours de ces dernières années d’alerter la Direction de La Poste sur la souffrance au travail de tous les postiers (facteurs, guichetiers, cadres, cadres supérieurs) Aujourd’hui ce sont les médecins qui prennent le relais, en faisant un focus particulier sur les cadres : «La situation devient alarmante et de plus en plus difficile à gérer. Nos encadrants, cadres et responsables sont en souffrance croissante. Nous avons en effet, et de façon générale, retrouvé des indicateurs de surcharge de travail avec atteinte à leur santé physique et mentale. » Un peu plus loin : «Beaucoup d’encadrants présentent des troubles du sommeil, des pensées intrusives du travail dans leur vie personnelle ; des problèmes cardio-vasculaires (hypertension artérielle, infractus du myocarde, accident vasculaire cérébral…) ; des troubles de l’alimentation. D’autres présentent des troubles anxieux, des troubles dépressifs… Nous notons avec des variations selon les secteurs des cas d’épuisement professionnel, un turn-over important sur ces postes (départ vers un autre poste sans management ou vers la retraite/TPAS), une augmentation des arrêts maladie, des postes d’encadrants non pourvus, voire parfois des tentatives de suicides, de façon variable sur nos différents secteurs. » Les encadrants ont également peur de témoigner de leur mal-être : «De façon générale, ils nous demandent pour la plupart de ne pas en parler à leur hiérarchie par peur des répercussions sur leur carrière. Ceux qui parlent n’ont d’ailleurs souvent « plus rien à perdre » de leurs propres mots. Leur parole, souvent difficile à obtenir est d’autant plus précieuse lorsqu’ils se confient. Dans leur discours, des craintes pour leur avenir professionnel sont réelles. » La lettre cite ensuite toute une série d’ «irritants» dont ceux-ci : «Les encadrants que nous rencontrons se questionnent sur les stratégies qu’ils doivent défendre et n’y trouvent pas toujours de sens. Ils sont confrontés à des situations d’échec (réorganisation qui se passent mal, absentéisme, relations sociales tendues, plaintes et reproches des agents, des clients et de leurs managers). Ils expriment un sentiment de solitude ou d’isolement sur le terrain, avec la difficulté de ne pas être entendu à la fois des DEX, du « siège », et à la fois pas compris des agents, avec la tâche difficile de devoir mettre en œuvre des actions pour lesquelles ils ne trouvent plus de sens, voire les trouvent irréalisables » L’explication que donnent les médecins est la suivante : «C’est l’évolution permanente des organisations du travail qui est le principal facteur déclenchant de ce malaise : le rythme des réorganisations imposées tous les deux ans devient intenable et les managers sont en permanence en train d’évaluer une réorganisation ou d’en préparer une nouvelle. » Les médecins insistent également sur le fait qu’au global, toutes branches confondues il y a une grande insuffisance dans l’évaluation des RPS (Risques Psycho Sociaux). Ils proposent de mettre en place un groupe de travail des médecins du travail de La Poste pour travailler sur l’évaluation des RPS, des plans d’action déclinés avec les spécificités locales et les spécificités par branches et par métiers, en harmonisant les pratiques en faisant appel à des compétences extérieures à La Poste si cela leur apparaissait nécessaire. Les médecins indiquent également qu’une évaluation de la situation des managers est indispensable au niveau national. Ce diagnostic est indispensable et devra servir base aux négociations en cours avec La Poste sur l’accord «développement des managers». Les médecins concluent leur lettre ainsi : «Il est de notre mission de médecins du travail de vous alerter sur cette situation sanitaire et de participer à des actions pluridisciplinaires afin de mettre en place des mesures préventives efficientes pour les individus, garants du bon fonctionnement du groupe». Nous espérons que leur message sera entendu, et l’UNSA-Postes est prête à rencontrer les dirigeants de La Poste pour enfin avoir une discussion sérieuse sur le sujet de la souffrance au travail qu’aujourd’hui La Poste ne peut plus «cacher sous le tapis». Je reste à votre disposition pour tout renseignement complémentaire.



Bien à vous



Luc Girodin Secrétaire Général de l’UNSA-Postes 06 84 27 03 28

Envoyé spécial "La Poste sous tension" Le Debrief

Envoyé Spécial La réponse du PDG de La Poste - UNSAPOSTES TV

TRACT - L'UNSA A LA BANQUE POSTALE

Facebook

 

Chaîne Youtube

compteur de visites

 


À propos | Contact | Administration